PATRICK HUGUES

PERSPECTIVE PERPÉTUELLE

Oui, c’est une démonstration par l’inverse et par l’absurde des jeux de la perspective. Oui, le travail de déconstruction, qui amène le point de fuite derrière le nez du spectateur plutôt que devant, est particulièrement déroutant. Il n’y peut mais, le spectateur ! Il se retrouve aspiré comme dans un vortex qui, innocemment ou perfidement, l’amène au point où la réalité se mélange au mouvement des œuvres auquel il participe bien malgré lui. Tout cela est bien vrai, tout comme l’utilisation de la déconstruction de la perspective en une dérision des avant-gardes, dans une profusion d’images d’Epinal contemporaines qui sautent au yeux dans un cycle incessant d’anamorphoses et de palimpsestes. Des images simples qui captivent, mais là n’est pas l’essentiel.

Qui n’a jamais rêvé de rentrer dans un tableau comme Alice au Pays des Merveilles ou Peter Pan, de se retrouver tout à coup protagoniste de l’histoire qui défile sous ses yeux, de se téléporter à l’intérieur du tableau ? Je pense que la magie de Patrick Hugues est là, dans cette projection de l’image fantasmée que s’approprie le spectateur lorsqu’il danse avec le tableau. La quatrième dimension l’emporte où la réalité s’inverse, tout comme la perspective. Bienvenue dans les univers multiples de Patrick Hughes où l’artiste nous entraîne grâce à un travail de miniatures et de géométrie qui n’appartient qu’à lui, et qu’il accepte de partager parfois avec nous. Les portes s’ouvrent et se referment.

LÉLIA MORDOCH



BIOGRAPHIE

LAST EXHIBITIONS

ArtElysee, Paris 2010
A cheval sur mon trapézoïde volant, Paris 2010
MIA Artfair, 2008
Perspective perpétuelle, Paris 2007

Patrick Hughes est un artiste britannique connu pour avoir inventé une illusion optique unique apppelée la « reverspective »: une peinture en relief à trois dimensions où les objets qui semblent les plus proches du spectateur sont en fait les plus éloignés dans l’espace. Son travail joue avec la perspective et la distance, défiant et parfois désorientant son public. « Quand les principes de la perspective sont inversés et consolidés dans des peintures sculptées, quelque chose d’extraordinaire se produit », déclare-t-il à propos de son travail.

« L’esprit se laisse duper à croire en l’impossible, qu’une peinture statique peut bouger d’elle-même ». Né Peter David Hughes le 20 octobre 1939 à Birmingham en Angleterre, le peintre crée en 1964 Sticking-out Room, sa première « reverspective », après avoir étudié au Leeds Day Training College. Le jour de sa remise de diplôme, sa première exposition a lieu à la Portal Gallery de Londres. Vivant et travaillant actuellement à Londres en Angleterre, Hughes continue de suivre les traditions du Pop art, de l’art optique et du surréalisme.

Patrick held his first solo show in 1961 at the Portal Gallery, London. It was the first one-man show by a Pop Artist, though they were not even called that then. A few years later, Hughes made two seminal reverse perspective works, Infinity and Sticking-out Room. In the 1970s Hughes’ name became synonymous with rainbow paintings, which also became very popular as prints and as postcards; people enjoyed them as decoration, but for Hughes the rainbow represented a solid experience.

In the late 1980s Hughes revisited exploiting the difference between perspective and reverspective and solidifying space. For the last 25 years his 3-D reverspective paintings have been hughesually in demand, exhibited around the world and featured in many public collections. The experience of seeing a Patrick Hughes sculptured painting in reality is really to experience unreality and the paradox of illusory space and movement.


OEUVRES DISPONIBLES

THE SPACE MERCHANT | 2007

BRILLO | 2008

SHEEP | 2008

PURISM | 2006

GAZEBO | 2005

CONPENDIUM | 2010

CLOUDY | 2008

VENEZIA | 2008

POPPY | 2010